J’ai testé les cours de photo à UCLA Extension #1


Lorsque je suis arrivée à Los Angeles, j’ai eu une période de transition où je ne pouvais pas travailler, la sécurité sociale mettant un temps fou à m’envoyer mon SSN (autrement dit, mon numéro de sécurité sociale).

Je voulais trouver une activité qui 1/ me plairait, 2/ me permettrait de rencontrer du monde (je rappelle que j’ai débarqué sans mari, ni amis (presque), ni famille à LA!), 3/ me fasse passer le temps (sans travail, les journées se ressemblent un peu quand même).

C’est alors que j’ai pris un verre avec une amie qui terminait son certificat de photographie à UCLA Extension, et qui m’a conseillée de prendre le cours d’initiation avec le photo avec le prof Van Ditthavong. C’était parti pour 3 mois de cours, avec des « assignments » d’une semaine à l’autre.

Je suis donc passée du mode automatique au mode manuel sur mon appareil photo Nikon 5500 ! 🙂

Van est très ouvert et encourageant, se positionnant davantage comme un coach plutôt qu’un professeur. Si parfois je regrettais le manque de critique constructive, je dois dire qu’il faisait l’unanimité auprès de ses élèves.

Tout commence, par de la technicité de base : comment fonctionne l’appareil photo ? (oui, ça peut servir!) Et quels sont les paramètres qui influencent l’exposition d’une photo ?

L’exposition est contrôlée par 3 éléments : la vitesse d’obturation, l’ouverture de l’objectif et l’ISO.

Le shutter speed (vitesse d’obturation) contrôle le temps d’exposition du digital sensor (capteur) à la lumière. Plus rapide sera la vitesse d’obturation, moins de lumière sera enregistrée par le capteur de l’appareil photo. Ainsi la photo sera moins lumineuse. Mais surtout, ce qui est intéressant, c’est de jouer sur le shutter speed pour faire apparaitre les mouvements.

J’ai également essayé de faire du panning mais c’est pas simple du tout ! lol Le principe c’est de bouger à la même vitesse que l’objet en mouvement que l’on veut prendre en photo. Le résultat espéré : un sujet figé et un background flou. J’ai donc profité de l’envol d’oiseaux sur Venice beach pour tenter l’exploit !

 

L’aperture correspond à la taille d’ouverture de l’objectif. Elle va donc dépendre de notre objectif et non pas du boitier de l’appareil photo. Plus l’ouverture est grande, plus il y a de lumière captée par l’appareil photo. Elle se caractérise en f-stops :

  • plus le f-stop est élevé (f11-22), plus l’ouverture est petite
  • plus le f-stop est petit (f2-5,6), plus l’ouverture est grande 

L’aperture est le critère qui détermine la profondeur de champ (depth of field ou DOF), c’est à dire ce qui va être en focus sur la photo :

  • Pour un effet de flou derrière le sujet (faible profondeur de champ) : grande ouverture / f-stop petit
  • Pour une photo entièrement en focus (grande profondeur de champ) : petite ouverture / f-stop élevé

 

Alors qu’avec un f-stop élevé (f11-f22), on obtient une photo où tous les éléments sont bien lisibles :

 

Le premier va être très utilisé en portrait (le flou permet de faire ressortir le sujet) alors que le second est populaire pour les paysages. Mais tout cela reste finalement très subjectif : chaque photographe aura ses préférences.

Si comme moi vous aimez avoir une faible profondeur de champ, voici quelques critères à prendre en compte :

  • Choisir un f-stop petit / grande ouverture de l’objectif (comme expliqué plus haut)
  • Se tenir le plus éloigné possible du sujet que l’on veut photographier
  • Utiliser un objectif avec une focale élevée (100-200mm vs. 18-35mm)

Enfin, l’ISO permet de contrôler la sensibilité à la lumière. Plus il est élevé, plus il y a de luminosité mais le risque est d’avoir un effet de grain. Généralement, on essaye au maximum de rester à ISO 100 pour obtenir une photo plus nette.

Evidemment, tous les paramètres sont liés. Par exemple, pour prendre un paysage à f22, on risque de manquer de lumière (car l’ouverture de notre objectif sera très petite). Il faudra donc jouer sur le shutter speed en allongeant le temps d’exposition du capteur à la lumière. Et c’est là qu’on aura besoin d’un trépied! 🙂

Aujourd’hui, sur les appareils photos numériques, il y a ce qu’on appelle un « exposure meter » qui permet de voir en un coup d’oeil l’exposition de la photo (bien orienter l’appareil dans la bonne direction!). Si vous êtes à +1, cela signifie que la photo sera surexposée à hauteur d’un f-stop. Maintenant que l’on connait les éléments qui caractérisent l’exposition, on sait qu’il suffirait de baisser l’ISO, d’augmenter d’un f-stop l’aperture ou d’augmenter la vitesse d’obturation.

L’indice 0 correspond en fait à l’exposition souhaitée en mode AUTO de l’appareil photo. Hors, il est parfois bon de vouloir un peu surexposer une photo, comme en  food photography, par example. C’est pourquoi il est utile de savoir prendre des photos en mode manuel. L’objectif étant de ne plus être dépendant de l’appareil mais d’en manier les paramètres pour obtenir une photo correspondant à la vision que l’on a en tête.

Au-delà de l’exposition, il reste encore beaucoup d’éléments à appréhender pour maitriser l’art de la photographie ! ahah

Découvrez ici, la suite du cours de photographie : composition, couleur et lumière.

YOU MIGHT ALSO LIKE

Balade dans West Hollywood
March 15, 2017
1 an à Los Angeles !
February 12, 2017
Best sunsets à Los Angeles
December 04, 2016
Le blues de l’expatrié
November 17, 2016
La magie de Yosemite
November 04, 2016
Je me suis faite tirer le portrait !
October 21, 2016
Baby shower : les cadeaux !
October 16, 2016
L’été 2016 en Californie
September 26, 2016
J’ai testé le cours de photo à UCLA Extension #4
August 02, 2016

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *