Le blues de l’expatrié


Je viens d’avoir 30 ans. ça devait bien arriver, je ne devrais pas être surprise. tous mes amis y sont passés… ou presque. Ces derniers mois, j’ai joué sur l’évènement, me plaignais volontiers de passer une nouvelle dizaine… oh je me fais vieille maintenant !… mais au fond ça ne me dérangeait pas tant que ça. Je me rappelle même avoir toujours voulu en être là. Vous vous rappelez le film avec Jennifer Garner : 30 ans sinon rien ? bah j’étais comme elle. Oh comme la vie devrait être si bien à 30 ans. On sait qui on est vraiment. On est entouré d’amis proches, les vrais, car la vie aura déjà fait un peu de tri au passage. On a plus d’assurance aussi. Potentiellement même un homme dans sa vie, le bon lui-aussi, car on aura eu le temps de le trouver. Et puis une bonne situation professionnelle. La totale quoi !

Et bien le jour J, je ne l’ai pas vu venir, mais une vague d’émotions s’est emparée de moi. Finalement, j’avais peut-être pas complètement surjoué le tourbillon qu’a été l’arrivée de mes 30 ans. Est-ce l’horloge biologique ? Le fait d’avoir maintenant une dizaine entre mes années insouciantes d’étudiante et ma vie actuelle ?

Et bien non. Ou plutôt oui, peut-être un peu de tout ça. Mais en vérité, c’était surtout parce que tous mes amis, toute ma famille qui me soutient, me connait, m’a vu grandir, évoluer, galérer aussi … tous ces gens que j’aime n’étaient pas à mes côtés ce jour-là. C’était tout simplement l’effet expatriation qui m’est revenu dans la face comme un boomerang !

 

Je m’y attendais pas. En quelques mois aux US, j’ai déjà loupé deux mariages, trois naissances, les 30 ans de quasiment tous mes amis, des anniversaires et autres réunions joviales, 1 enterrement aussi… à chaque fois, il y a cette frustration de ne pas pouvoir y aller. Il est évident que la vie continue en France, sans moi. Je le sais bien mais c’est tout de même difficile de se dire qu’on rate tout ça, qu’on aimerait bien y être nous aussi. Je ne me rendais pas compte de l’importance même d’une petite escapade, ne serait-ce qu’un weekend. 2 jours pour se ressourcer à la maison de campagne avec mes parents, un weekend entre amis pour aller rencontrer le dernier né ou célébrer un mariage et danser jusqu’au bout de la nuit.

Mais ce que je n’avais envisagé, c’est ce que tous ces gens qui comptent pour moi vont désormais louper les évènements heureux de ma propre existence. Ils ne seront pas là lors de ma crémaillère. Je ne pourrais pas les inviter le weekend pour leur faire découvrir la ville. Ils ne viendront pas me rendre visite à la maternité le jour où j’aurais, à mon tour, un bébé.

Lorsque j’ai pris la décision de venir m’installer aux Etats-Unis, j’ai visualisé ma nouvelle vie, les possibilités professionnelles qui m’attendaient, l’excitation de la nouveauté, … puis j’ai découvert la frustration d’être loin de mes amis et la famille… et maintenant je viens de contempler le vide qu’ils laissent quand j’ai moi-même envie de partager quelques chose avec eux. Un coup de fil ne remplacera pas une embrassade, ça c’est sûr !

Je suis heureuse aujourd’hui dans cette nouvelle vie américaine. C’était mon choix de partir et je ne le regrette pas. Mais c’est vrai qu’il y a des jours où je prendrais bien le premier avion pour pouvoir embrasser mon mari qui est toujours à Londres, serrer dans mes bras ceux que j’aime et qui me manquent beaucoup ou juste prendre un verre avec ma meilleure amie sur la terrace d’un café parisien.

ça doit être ça le blues des expatriés. Et il m’aura vraiment frappé le jour de mes 30 ans, exactement 9 mois, moins 1 jour, après mon atterrissage à Los Angeles. Et pourtant, j’avais bien raison… qu’est-ce que la vie est bien quand on a 30 ans ! 🙂

 

YOU MIGHT ALSO LIKE

Balade dans West Hollywood
March 15, 2017
1 an à Los Angeles !
February 12, 2017
Best sunsets à Los Angeles
December 04, 2016
Je me suis faite tirer le portrait !
October 21, 2016
Baby shower : les cadeaux !
October 16, 2016
L’été 2016 en Californie
September 26, 2016
J’ai testé le cours de photo à UCLA Extension #4
August 02, 2016
J’ai testé les cours de photo à UCLA Extension #3
August 02, 2016
UCLA Photo I
J’ai testé les cours de photo à UCLA Extension #2
July 31, 2016

2 Comments

julie
27 novembre 2016

Ohhh allez :(

C'est normal de se sentir un peu loin de tous tes proches mais pense à tous les gens fantastiques que tu vas rencontrer et à la petite famille que tu vas fonder, un jour.
Puis à l’enchantement de ta famille et amis de France quand ils viendront, enfin, te voir et que tu pourras leur faire découvrir toutes les joies de ta nouvelle petite vie :)

C'est génial d'avoir 30 ans, alors hauts les coeurs!
J te souhaite un très joyeux anniversaire!

Joelle
28 novembre 2016

Oh merci Julie ! Oui, au final ce ne sont pas les 30 ans qui m'ont fichu un coup mais bien l'absence de tous mes proches le jour J. Mais oui, avoir 30 ans est en fait bien sympa ! Je suis vraiment dans la cour des grands maintenant ! lol

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *