2016, année du changement !


Si nous étions dans l’attente depuis des mois, les choses ont très rapidement évoluées en fin d’année dernière. C’est pourquoi mes postes se sont faits plus rares… faute de temps disponible. Alors je me rattrape et vous raconte tout !

Le mariage

Tout a démarré avec un constat tout bête (mais essentiel) : est-ce que la boite de Yann allait vraiment lui trouver un poste aux USA après 6 mois de recherches veines ?! Miami, NYC, puis Miami à nouveau, puis Chicago, et NYC again, et pourquoi pas Seattle… aucune piste n’a abouti. La réponse était clairement “NON”. Étant donné que je n’imaginais pas partir vivre à l’autre bout du monde sans mon homme, c’était décidé : nous allions nous marier ! Et lancer le rapprochement familial une fois que je serais sur place.

Ce que nous n’avions pas bien anticipé, c’est qu’il fallait que je parte dès le début du mois de février ! (je pensais que j’avais jusqu’à avril ! pour en savoir plus sur les timing, rdv ici). Nous avions alors 1 mois et demi pour préparer le mariage, avec les vacances de Noël au milieu ! La course contre la montre allait commencer : dossier pour la mairie, rendez-vous chez le notaire, tenue des futurs mariés, lieu de réception, traiteur et restaurant, décoration florale… nous allions dormir, manger, penser et respirer “mariage” !

Les alliances

Le cas de la carte verte

Histoire de nous créer un stress supplémentaire, je n’ai pas de nouvelles de ma carte verte.

J’essaye de suivre mon dossier sur le site de l’USCIS mais en vain car je ne possède pas de “receipt number”. Hum…weird ! Je les appelle et il me demandent d’attendre 60 jours après ma date d’entrée sur le territoire américain avec le visa provisoire. OK, je m’exécute et prends mon mal en patience. Les deux mois écoulés, je n’ai toujours aucune nouvelle d’eux, je les recontacte par email… et là, ça part en live !


A ce stade, je me dois de faire un aparté “WTF!!” :
Dans le cas où vous n’avez pas le fameux “receipt number”, le seul moyen de les contacter par mail est de renseigner un formulaire en ligne. Le problème est qu’il faut absolument donner un numéro de téléphone américain pour valider la demande. Vivant toujours en France, il est évident que je n’en avais pas donc j’ai renseigné le même “fake” numéro qu’ils donnaient en exemple, tout en précisant dans le corps de mon message, que j’avais à date un numéro français. Leur réponse : “In order to assist you with your request, we must speak with you directly. We tried to contact you by telephone on November 30, 2015, but received no answer”. No kidding !! Have you read my message, you robot ?!
Anyway… je dois les appeler moi-même mais c’est là qu’est tout le problème : les personnes que j’ai au téléphone ne sont pas habilitées à me parler de mon dossier, il faut me transférer à un autre service… et bien évidemment tous les opérateurs sont en ligne. Contrairement à l’administration française, il n’y a de possibilité d’attendre jusqu’à ce qu’une personne soit enfin disponible pour vous parler. A la place, il y a le système de “call-back”, c’est à dire qu’ils vous rappelle… sur votre numéro américain ! Après plusieurs tentatives où j’ai dû à chaque fois ré-expliquer ma situation, à la fin j’allais droit au but : “j’ai déjà appelé plusieurs fois, vous ne pouvez rien pour moi à votre niveau, transférez-moi au service supérieur svp”… et toujours le même dilemme de call-back car personne n’est disponible !


J’ai donc laissé tomber, me disant que j’aurais la réponse une fois aux États-Unis et en espérant qu’il n’y avait pas de réels problèmes sur mon dossier. Autant dire que j’ai perdu beaucoup de patience et gagné quelques cheveux blancs !

Heureusement, j’ai finalement reçue ma carte verte, juste avant le mariage, ouf !

Le double déménagement

L’année 2016 se veut opportuniste : Yann se voit offrir une mission de 6 mois à Londres ; nous allons devoir vider l’appartement en 10 jours ! Oui, nous faisons tout très vite cette année, apparemment. Et c’est sans compter ma volonté de numéroter et détailler le contenu des soixante cartons ! Il fallait bien trouver un moyen pour que notre famille s’y retrouve au cas où nous aurions besoin de quelque chose. J’essaye d’être prévoyante 😉

J’ai acheté mes valises (en soldes !) et réservé mes billets seulement quelques jours avant le grand départ ! – chose complètement “wild” pour moi – mais pas le temps de stresser, il faut faire du tri et remplir les fameuses valises à vitesse grand V !
Autant vous dire qu’avec la tonne de vêtements que j’ai, le choix n’a pas été facile. J’étais bien contente de prendre une deuxième valise avec moi, même s’il fallait payer un supplément de 70 euros.

thumb_IMG_7456_1024 copy

Enfin, le 11 février, je décollais pour Los Angeles, alors que Yann finalisait les cartons et se préparait pour son nouvel emploi à Londres, une semaine plus tard.

Rendez-vous ici, pour savoir comment s’est passé mon entrée sur le territoire américain avec la carte verte.

YOU MIGHT ALSO LIKE

Balade dans West Hollywood
March 15, 2017
1 an à Los Angeles !
February 12, 2017
Best sunsets à Los Angeles
December 04, 2016
Le blues de l’expatrié
November 17, 2016
Je me suis faite tirer le portrait !
October 21, 2016
Baby shower : les cadeaux !
October 16, 2016
L’été 2016 en Californie
September 26, 2016
J’ai testé le cours de photo à UCLA Extension #4
August 02, 2016
J’ai testé les cours de photo à UCLA Extension #3
August 02, 2016

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *